L’Alpine A110 de retour à Deauville

Le jeudi 6 décembre Le Petit Reporteur s’est offert un tour en Alpine A110 sur les hauteurs de Deauville, en Normandie.

Le contexte

L’aventure avait pris naissance au salon de l’automobile de Caen quinze jours plus tôt. Des marques prestigieuses étaient alors présentes ce jour-là. Alpine n’était pas en reste puisqu’elle exposait la deuxième génération de la mythique berlinette. Curieux, nous nous sommes précipités sur le stand pour aller admirer de plus près celle qui fait tourner les têtes depuis sa sortie en 2016. D’ailleurs pour l’occasion, 1955 exemplaires numérotés, en référence à l’année de naissance de la marque Alpine, ont d’ailleurs été vendus en un éclair.

Alpine 10

C’est ainsi que Le Petit Reporteur s’est mis en chemin pour se rendre à la concession Alpine, située Route de Paris à Deauville. À son arrivée à la concession, il a été accueilli par Jean-Bernard TECHER, accompagné d’Antoine, en stage chez eux. Ils lui ont alors présenté la voiture et invité à prendre quelques clichés.

Rencontre avec la voiture

Deux versions

Construite sur la base d’une Renault Clio IV, l’Alpine A110, au niveau du design, reprend les lignes de sa grande sœur revues au goût du jour. Deux finitions sont disponibles : pure ou légende. Si la pure reprend l’esprit de la mythique berlinette au niveau du confort, soit une configuration « circuit », la légende offre un confort de conduite supplémentaire.

Les caractéristiques techniques

Le coupé Alpine A110 présente cependant les mêmes caractéristiques quelle que soit la version.  Il affiche ainsi les dimensions suivantes : 4,18 m de long, 1,79 m de large et 1,25 m de haut avec un poids de 1080 kg sur la balance. Son empattement de 2,40 m associé à des jantes de 17 ou 18 pouces, chaussées en 205/45 R17 ou 205/40 R18 à l’avant et 235/45 R17 ou 235/45 R18 à l’arrière, lui confère une bonne tenue de route, le tout renforcé par la position centrale arrière du moteur qui lui offre une stabilité irréprochable.

Le moteur

Pour ce dernier, il s’agit d’un moteur essence quatre cylindres en ligne 1.8  l de 252 chevaux, développant un couple de 320 Nm (Newton mètre), ce qui permet à la voiture d’atteindre le 0 à 100 en 4,5 secondes sans effort. Niveau consommation, l’Alpine A110 affiche une consommation de 6.2 l / 100 en moyenne, ce qui est relativement peu pour une voiture de sport.

Alpine 9

Et pas d’inquiétude pour le malus écologique, il est faible : un peu plus de 1050 euros.

Les couleurs disponibles

Côté couleurs, selon la version on peut choisir entre « blanc glacier », « blanc irisé », « bleu alpine », « bleu abysse », « gris tonnerre » ou « noir profond ». Une version « blanc glacier » était également présente sur le parking.

Alpine 8.JPG

L’essai

À bord

Une fois les présentations faites, c’est Jean-Bernard Techer qui a pris les commandes pour une petit démonstration des possibilités de la voiture. La version « légende » est très agréable et très confortable. Le conducteur ainsi que le passager se sent enveloppé par le siège confort 6 voies. Le volant en cuir est également agréable au toucher. Le poste de pilotage est ergonomique et les commandes sont faciles d’accès.

Alpine_A110_Caradisiac.jpg
Source : Caradisiac.

Au niveau des pédales, il ne faut pas se tromper, il n’y en a que deux : une pédale d’accélération et une pédale de frein. Pour le démarrage, il suffit d’appui sur la pédale de frein et le bouton « Start and Stop » situé sur la console centrale.

Le design extérieur

Le Petit Reporteur a donc essayé la version légende comme mentionnée précédemment. Admirez sa ligne arrière…

Alpine 6.JPG

son profil gauche …

Alpine 5

… et sa face avant droite.

Alpine 4.JPG

Premier tour en passager

Le Petit Reporteur a préféré monter d’abord en tant que passager, le temps de découvrir la voiture et d’en apprécier les différentes possibilités offertes par la voiture, à savoir le mode normal, relativement confortable mais malgré tout joueur, et le mode sportif, plus dynamique.

Une fois le démarrage de l’auto, que dire ? Le son est des plus agréables. On se sent à l’aise dans la voiture. La position de l’habitacle, situé au centre de l’auto, évite au conducteur et à son passager de ressentir les secousses aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Jean-Bernard a montré comment la voiture est agile, maniable et absorbe bien les défauts de la route grâce aux amortisseurs qui jouent très bien leur rôle sur les bosses et dans les nids de poules. Cheminant sur les hauteurs de Deauville, il s’amuse à montrer les possibilités de la voiture.

Dès le premier coup d’accélérateur qu’il donne, une fois le mode « sport » enclenché, je me sens littéralement scotché au siège. Il est assez facile de ressentir la différence entre une traction et une propulsion. La voiture répond instantanément dès le premier appui sur l’accélérateur. La boîte de vitesses automatique (BVA) à double embrayages à sept rapports gère le passage de vitesses. À noter que la puissance ne fait pas tout pour se sentir en sécurité. Une bonne puissance de freinage est nécessaire pour ce type d’automobile.

Prise des commandes

Une fois ce petit tout d’horizon effectué, Le Petit Reporteur a alors pris les commandes et mesuré l’ampleur du bolide. Il lui a fallu un petit quart d’heure pour se familiariser avec les commandes et pouvoir se sentir en confiance. Même à faible allure, la voiture est agréable à la conduite, elle n’incite pas à l’accélération tout azimut. Les accélérations de la voiture sont agréables. Le passage des vitesses en mode automatique et semi-automatique se fait grâce aux palettes au volant qui sont accessibles quel que soit l’angle de rotation du volant.

Alpine 3

La voiture est très maniable et fait corps avec la route. En termes de visibilité, les rétroviseurs permettent d’avoir une bonne vue de l’arrière et compensent ainsi la faible visibilité arrière offerte par la lunette arrière. En marche arrière, la caméra de recul offre une vue extrêmement large de l’environnement et nous guide dans notre manœuvre.

Le mot de la fin

Alpine 1.JPG

Toute bonne chose a une fin. Une fois cette dernière marche arrière devant la concession et le moteur éteint, Le Petit Reporteur a fait ses adieux à la voiture, en remerciant chaleureusement Jean-Bernard et Antoine…

Plus d’infos : Alpine A110

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.