Cette année le monde entier fêtera un événement mondial : le premier pas de l’homme sur la lune. Le Petit Reporteur vous propose une petite rétrospective.

Neil Alden Armstrong, Michael Collins et Edwin « Buzz » Aldrin.

Un challenge pour J.F.K.

Le 25 mai 1961 le président John F. Kennedy s’adresse au Congrès en tenant les propos suivant : « I believe that this nation should commit itself to achieving the goal, before this decade is out, of landing a man on the moon and returning him safely to the Earth. » Et à lui d’ajouter : « No single space project in this period will be more impressive to mankind, or more important for the long-range exploration of space, and more will be so difficult or expensive to accomplish. » Pour le président, c’est aussi le challenge spatial est un autre volet de la Guerre Froide. En alunissant les premiers avant les Soviétiques, les Américains remportent la bataille. Car jusque-là, l’URSS a toujours eu un coup d’avance avec le satellite artificiel Spoutnik 1 le 4 octobre 1957, sans oublier le vol habité de Youri Gagarine le 12 avril 1961, qui fera sortir le président américain du bois quelques semaines plus tard.

Un moment historique

Huit ans après le discours du président des États-Unis, les astronautes américains Neil Armstrong et Edwin « Buzz » Aldrin posent le pied pour la première fois sur la surface de la lune à 3h56. Devant leur écran, c’est près de 600 millions de personnes qui retiennent leur souffle.

À cet instant, au moment de poser le pied sur la lune, Armstrong prononce la phrase : « That’s one small step for (a) man, one giant leap for mankind. » L’avait-il réfléchie ? Quoi qu’il en soit, elle restera gravée à jamais dans la mémoire collective.

Polémique autour du drapeau qui flotte

Pour marquer leur passage sur la lune, les astronautes Neil Alden Armstrong et Edwin « Buzz » Aldrin ont planté un drapeau sur le sol lunaire. Or il semble flotter. Il n’en fallait pas plus pour les nombreux détraqueurs du net de crier au scandale. Ainsi la mission lunaire n’aurait jamais eu lieu. Car il est anormal que le drapeau flotte vu qu’il n’y a pas d’air dans l’espace.

L’explication est cependant simple. Pour éviter que l’étendard ne soit en berne, les ingénieurs avaient planché sur le sujet. Ils avaient conçu une tige télescopique partant à l’horizontale depuis le sommet du mât. Mais Armstrong, qui avait eu du mal à le planter dans le sol, n’était pas parvenu à le déplier en entier.

Et aujourd’hui

La conquête de l’espace est redevenue un enjeu géopolitique. La Chine tout d’abord, mais également des pays comme Israël ou le Nigeria se lancent dans le projet. Les États-Unis ne sont pas en reste et occupe d’ailleurs la première place. En février 2019, le Virgin Galactic, un vaisseau spatial organisait son premier voyage touristique. L’administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine, s’exclamait en parlant d’un possible retour sur la lune : « This time we’re going to go with international partners. And we’re going to go with commercial partners. (And) when we go to the moon, we’re going to stay. »

Planning prévisionnel des missions d’exploration lunaire de la Nasa, telles que prévues dans le cadre de son budget 2020. © Nasa

La lune trouve un regain d’intérêt. Contrairement à Mars où un voyage de six mois est nécessaire, notre petit satellite n’est qu’à 384 000 kms de nous. Ainsi, la lune permettra de tester les futurs technologies et s’entraîner à résoudre les difficultés propres à n’importe quelle mission planétaire (contrôle de la trajectoire, entrée en orbite, atterrissage…). Le petit satellite rocheux serait aussi une halte pour des destinations plus lointaines. Qui plus est elle regorge de ressources exploitables, dont les fameuses terres rares (scandium, yttrium, cérium, néodyme…) utilisés dans les lasers, panneaux solaires, ampoules, batteries, écrans, puces, etc.

Le 21 juillet 2019, le monde entier fêtera le premier pas sur la lune par les Américains Neil Armstrong et Edwin « Buzz » Aldrin. Loin d’être un événement anodin, il signe l’entrée dans la conquête spatiale pour des générations entières. Mais si la lune semblait délaissée depuis quelques années, de nouveaux projets spatiaux la concernant voient le jour. Un prochain retour sur la lune plus long que le précédent est d’ailleurs dans les cartons de la NASA selon ses responsables.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.