Le harcèlement scolaire est un fléau. Il sévit depuis de longues années dans les établissements de France et de Navarre. Il a longtemps été minimisé par l’institution. Mais depuis quelques années, le harcèlement est cœur des débats, notamment au collège Louis Merle de Secondigny.

Le harcèlement scolaire engendre des dégâts tant psychologiques que physiques. Les victimes ont souvent peur des représailles et les bourreaux sont trop peu inquiétés. Mais certains ont décidé de faire entendre leur voix. C’est le cas des élèves du collège Louis Merle de Secondigny. Le projet a été initié par des membres du corps enseignant et proposé aux élèves qui ont aussitôt adhéré. Certains se sont portés volontaires pour devenir l’un des « protecteurs ».

Leur rôle : faire le relais entre les élèves malmenés et le personnel de l’établissement de manière à éviter tout drame. C’est ainsi que le vendredi 21 décembre, les futurs protecteurs, garçons et filles des quatre niveaux, ont assisté à une journée de formation au cours de laquelle ils ont été sensibilisés à leur futur rôle de protecteur en jouant par exemple des saynètes ou en débattant autour d’une vidéo visionnée auparavant. Dans l’ensemble ils se sentent prêts pour démarrer à la rentrée, en janvier.

_DSC5538.JPG

Ainsi dans les mois qui leur restent, ils veilleront au bien-être des élèves. Ils feront également la promotion de la mission auprès des primaires des écoles de Secondigny. Pour l’occasion, les élèves ont réalisé un film qu’ils ont projeté en avant première à l’occasion des portes ouvertes le 8 février 2019.

1 commentaire »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.