C’est dans une salle chauffée par un éclatant soleil d’été que près de deux cent-cinquante personnes s’étaient regroupées le mercredi 22 août 2018 pour assister aux sélections de l’un des jeux les plus anciens des ondes radiophoniques : Le jeu des 1000€.

DSC02483.JPG

Dans la salle Alauna 21 de Secondigny, l’ambiance était « chaud, show » pour reprendre l’expression de Nicolas Stoufflet, animateur sur France Inter du  Jeu des 1000 €. Aux termes des sélections, quatre candidats sont sortis du lot. Une fois l’enregistrement terminé, c’est avec entrain que l’animateur a répondu à nos questions.

DSC02985.jpg

Secondigny, pourquoi ?

« Les communes nous contactent. L’attente est souvent longue car la demande est grande. Nous essayons d’organiser les sessions en fonction de la proximité entre les villes. Pour Secondigny, la demande a été validée au début de l’année 2018. »

Quelles sont vos impressions ?

« Je suis ravi. La salle était déjà chauffée par la chaleur (rire). Le public était présent et des candidats fidèles de l’émission ont donné du peps à l’enregistrement. »

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

« La rencontre avec le public m’apporte beaucoup de satisfaction. Sillonner la France entière est un plaisir. La documentation envoyée par la ville d’accueil et les différentes rencontres me permettent de rédiger la présentation que je fais en guise d’introduction à l’émission. »

Comment êtes-vous devenu animateur radio ?

« J’ai découvert la radio en 1983, à l’âge de quinze ans. Après des études de droit et avec le développement des radios libres j’ai animé des émissions les soirs et pendant les vacances. Puis je suis entré à Radio France Internationale puis à France Inter en effectuant des remplacements. C’est tout naturellement que j’ai accepté la proposition de reprendre l’émission du Jeu des 1000 €, à la suite de Louis Bozon. J’avais eu l’occasion de le rencontrer avant son retrait en 2008. J’ai essayé de conserver la formule et de poursuivre l’aventure. Pour preuve, l’émission fête ses 60 ans cette année. »

Avez-vous un souvenir marquant, une anecdote à nous faire partager ?

« Oui, bien sûr. Deux ans après avoir repris l’émission, j’ai enregistré les sélections dans ma ville d’origine. Je me souviens de l’émotion ressentie alors en voyant mes parents présents au premier rang. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.