La conquête de la Toison d’Or est la plus grande expédition avant celle de l’Odyssée. Le héros qui mena l’aventure dut affronter de nombreux dangers avant de pouvoir reconquérir le trône dérobé par son oncle Pélias.

La querelle initiale

La légende veut qu’Athamas, un roi grec, se lassa de sa femme Néphélé. Il en épousa une autre, Ino. Cette dernière imagina un plan pour évincer du trône Phryxos, le fils de la première épouse. Elle s’empara alors de tous les grains de semence et les fit griller. Ainsi il n’y eut pas de récolte cette année-là. Elle soudoya également le messager envoyé à l’oracle par le Roi pour qu’il lui rapporte que le sacrifice du jeune prince ramènerait les récoltes dans le royaume.

Au moment du sacrifice, les dieux envoyèrent un bélier à la toison d’or pour ravir le jeune prince et sa sœur. En chemin, Héllé glissa et tomba dans la mer, où elle se noya. Quant à Phryxos, il arriva saint et sauf en Colchide. Æétès, le Roi de Colchide, donna au jeune prince l’une de ses filles en mariage. Et chose aussi surprenante que cela puisse paraître, Phryxos sacrifia à Zeus le bélier qui l’avait sauvé et fit don de la toison d’or à Æétès.

Jason, l’héritier légitime du trône

Æson, l’oncle de Phryxos, avait été évincé du trône d’Iolcos en Thessalie par son neveu Pélias. Mais Æson avait un fils, Jason, héritier légitime de la couronne. À sa naissance, il avait été caché dans un lieu sûr. Devenu, adulte, il souhaita récupérer son trône. Mais son méchant cousin Pélias en avait été informé par l’oracle. Ce dernier devait en effet se méfier de quiconque se présenterait à lui chaussé d’une seule sandale, bien que l’homme serait de noble condition. Lorsque le moment fut venu, il l’envoya quérir la Toison d’Or, selon la volonté de Phryxos avant sa mort.

Le devin Phinéus

Jason fut ravi de l’aventure. Il fit répandre l’annonce de l’expédition. Les plus valeureux héros grecs accoururent. Il y avait Héraclès, Orphée, Castor et Pollux, Pélée, père d’Achille, et tant d’autres. Ainsi, Jason et ses compagnons embarquèrent sur l’Argo pour de grands périls même si Héra veillait sur eux. Cependant beaucoup d’entre eux payèrent de leur vie.

Les héros abordèrent d’abord à Lemnos, une île peuplée exclusivement de femmes. Cependant elles firent un accueil chaleureux aux Argonautes et les comblèrent de dons : vin, nourriture et vêtements. Hercule perdit son fidèle écuyer, Hylas. Ce dernier plongeait sa jarre dans une source quand il fut attiré par une dryade. Dès lors il n’eût de cesse de rechercher son compagnon, délaissant l’expédition. Puis les compagnons rencontrèrent les Harpies. Ces monstres ailés au bec et aux griffes crochus laissaient toujours derrière elles une odeur infecte. Près d’elles vivait Phinéus, un vieillard solitaire au don de prophétie. Zeus lui avait infligé un triste sort qui ne pouvait être rompu que par deux hommes qui se trouvaient sur l’Argo. Ainsi les fils de Borée, le Vent du Nord, lui portèrent secours.

Le passage funeste

Phinéus, délivré du sort des Harpies par les fils de Borée, donna de sages conseils aux Argonautes. Il leur indiqua comment traverser les Symplègades, ces écueils mobiles qui s’entrechoquent tandis que la mer bouillonne autour d’eux. Ils devaient laisser s’envoler une colombe. Si celle-ci franchissait le passage sans danger, alors ils pourraient traverser sans encombre. Dans le cas contraire, il leur faudrait renoncer à tout espoir de ramener la Toison d’Or. Le lendemain, les Argonautes partirent. Ils emmenèrent une colombe, qu’ils lâchèrent à l’approche de l’écueil. La colombe le traversa sans danger. L’Argo en fit de même.

L’arrivée en Colchide

Après avoir passé l’écueil, il passèrent non loin du pays des Amazones. Filles d’Harmonie, elles tenaient davantage de leur père, Arès. Mais les Argonautes n’avaient pas le temps de s’arrêter et de leur mener bataille. Ils passèrent ensuite au large du Caucase, où ils entrevirent Prométhée attaché à son roc. Puis ils débarquèrent en Colchide, pays de la Toison d’Or.

Les épreuves d’Æétès

Héra craignait pour les Argonautes. Elle demanda alors de l’aide auprès d’Aphrodite. Celle-ci chargea Cupidon de rendre la fille du Roi de Colchide amoureuse de Jason. À sa vue, la Princesse Médée fondit. Æétès leur demanda qui ils étaient. La réponse de Jason fut loin de le réjouir. Il ourdit un stratagème pour courir à leur perte. Pour épreuve, il leur demanda de mettre sous le joug deux taureaux aux pieds d’airain qui vomissaient des flammes et de leur faire défricher un champ. Ensuite ils devraient semer les dents d’un dragon dans les sillons. De là naîtrait une moisson d’hommes armés. Ils devraient alors les exterminer.

Jason, devant l’épreuve, prit peur. Puis il se ravisa et déclara :  » Toute monstrueuse qu’elle paraisse, j’accepte cette épreuve, même s’il est dans mon destin d’y succomber ». L’épreuve aurait été impossible sans le concours de Médée et de sa magie. Par un onguent magique, qu’elle donna à Jason, l’entreprise fut facile. Car cet onguent rendait invincible le temps d’une journée ceux qui s’en enduisaient. Et pour venir à bout de la moisson d’hommes armés, il jeta une pierre parmi eux, toujours sur les conseils de celle-ci. Les soldats se tournèrent alors les uns contre les autres et tombèrent.

La fuite de Médée

Les épreuves terminées, Æétès ne se décida pas à rendre la Toison d’Or. Le soir venu, alors qu’ils festoyaient, Médée se précipita à bord du bateau des Argonautes et leur ordonna d’aller chercher la Toison d’Or et de fuir. Elle endormit le serpent qui gardait jalousement le butin et ils purent prendre la route. Æétès envoya son fils Absyrtos à la poursuite de Médée et des Argonautes. Mais la magicienne tua son frère. Les compagnons passèrent également avec le secours d’Héra le roc nu de Scylla et le gouffre de Charybde.

Un dernier danger les attendait en Crète. Talos, le dernier homme de la race d’airain, une créature faite tout entière de ce métal sauf au-dessus de la cheville, menaça de les écraser avec un rocher. Au moment où il allait projeter sa charge, avec le secours d’Héra la veine de sa cheville se rompit et il mourut.

La Vengeance de Médée

À leur retour en Grèce, Jason apprit que Pélias avait forcé son père à se tuer et sa mère en était morte. Le héros fit appel à Médée qui usa d’une ruse machiavélique. Elle dit aux filles de Pélias qu’en le découpant et en le faisant bouillir, le vieux Roi retrouverait sa jeunesse. Le méfait exécuté, elles s’aperçurent de leur crime. Puis Jason et Médée se rendirent en Corinthe. Deux fils leur étaient nés. Mais Jason s’amouracha de la fille du Roi de Corinthe et l’épousa. Médée laissa échapper des mots qui firent croire au Roi de Corinthe qu’elle se vengerait sur sa fille. Cela lui valut l’exil avec ses deux fils. Elle décida alors de tuer sa rivale. Elle lui fit porter par ses deux fils une robe qu’elle aspergea d’un suc mortel. Sitôt revêtue, la fille du Roi de Corinthe tomba raide morte. Quant à ses fils, Médée les tua car elle ne pouvait espérer quelque secours pour eux.

Au moment où Jason revint, rempli de fureur, il découvrit les deux petits garçons morts et Médée s’enfuyant dans un char traîné par des dragons. Jamais plus il ne serait le héros qu’il avait été.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.