Dessinateur et coloriste, Loïc Chevallier est venu à la rencontre d’élèves du collège Louis Merle de Secondigny (Deux-Sèvres) et de personnes âgées d’un EPHAD en mars 2019, afin de parler de sa bande dessinée 14 – 18 qu’il a réalisée pour le centenaire de la commémoration de la fin de la Grande Guerre.

Comment êtes-vous devenu dessinateur ?

« J’ai été très vite attiré par le dessin et par la bande dessinée dès mon plus jeune âge. Mes premières lectures étaient Tintin, Astérix. J’avais l’idée de devenir dessinateur. J’ai rencontré un professeur de dessin, professeur à l’Ecole Brassart à Tours. Il m’a ouvert à d’autres techniques. Par la suite j’ai ensuite suivi le cursus pendant 3 ans et je suis devenu graphiste. C’est plus tard que j’ai suivi la spécialisation en bande dessinée. »

Pourquoi avoir choisi la bande dessinée ?

« Au cours de mon année de spécialisation en bande dessinée, j’ai rencontré des auteurs de bandes dessinées. On m’a alors proposé de créer une première œuvre. Kenji et les ninjas verra ainsi le jour. Puis Étienne Leroux que je connaissais m’a parlé du projet des éditions Delcourt de faire une bande dessinée pour le centenaire de la guerre 14 – 18.  Il m’a proposé de faire les décors. »

Comment travaillez-vous ?

  « Nous travaillons séparément. Le scénariste a envoyé l’histoire à Étienne Leroux, qui est le dessinateur principal. Il m’a envoie alors ses planches pour que je travaille sur le décor. Je me réfère à des décors que j’ai trouvé.

Comment avez-vous trouvé la rencontre avec les collégiens et les personnes de l’EPHAD ?

« C’était une journée enrichissante. Il y a eu un vrai échange entre les élèves et les résidents de l’EPHAD. Au cours de la journée que nous avons passée ensemble j’ai pris le temps de répondre aux multiples questions qu’ils m’ont posées. Je leur ai expliqué mon parcours et ma manière de travailler. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.