Nicky Larson vient de sortir au cinéma. Le Petit Reporteur revient sur cette adaptation cinématographique.

Un mythe.

Nicky Larson a fait son apparition en France sur le petit écran. C’est le 21 novembre 1990 que le Club Dorothée diffuse pour la première fois ce dessin animé qui deviendra un mythe. Créé par Tsukasa Hojo en 1985, c’est en 1987 que l’animé voit le jour. Il est dans la lignée graphique de Cat’s eye un autre manga de Tsukasa Hojo créé en 1983. Le spectateur peut voir une ressemblance entre Quentin le héros de Cat’s eye et Nicky. En version originale, Nicky Larson s’appelle Ryo Saeba. Il est associé à Kaori, alias Laura. Elle était la sœur de Tony Marconi, l’associé de Nicky. À sa mort, Nicky fait la promesse à son ami de protéger Laura coûte que coûte. Ensemble ils viennent en aide à des jeunes femmes empêtrées dans des situations délicates. Depuis 2010, la chaine d’animés japonais Mangas rediffuse régulièrement la série animée en intégralité.

L’histoire du manga.

Nicky est un ancien mercenaire qui s’est reconverti dans la protection et le nettoyage. Associé à Laura, sa partenaire, il protège les jeunes filles, son pêcher mignon. Car s’il sait faire preuve de professionnalisme, Nicky est aussi un obsédé qui n’hésite pas à se mettre dans des situations farfelues pour assouvir ses fantasmes. Mais Laura, jalouse et amoureuse en secret de lui, veille. Il a quelques alliés dont le plus connu est Mammouth, un colosse au cœur tendre.

L’adaptation cinématographique.

Philippe Lacheau et sa bande décide de rendre hommage à l’un des héros de leur enfance : Nicky Larson. Pas loin de trois ans ont été nécessaires pour passer de l’idée à la concrétisation. Pour pouvoir réaliser son film, Philippe Lacheau s’est envolé au Japon après un an de réflexion afin de proposer son scénario au papa de Nicky. Une fois le projet approuvé par ce dernier, tout restait à faire. Car Le parfum de cupidon est un épisode créé de toute pièce.

L’avis du Petit Reporteur.

Le film est une réussite. Dès les premières minutes le spectateur retrouve l’univers de la série originelle : Laura, les filles, les petites culottes, Mammouth et les méchants très méchants.

Le plus, ce sont les nombreux clins d’œil à la série et au Club Dorothée que Philippe Lacheau s’autorise. On retrouve ainsi le côté déjanté du héros et son goût prononcé pour les jolies filles. Le générique français, quant à lui, est chanté pendant une séquence du film.

Aller voir Nicky Larson et le parfum de Cupidon c’est découvrir ou redécouvrir un héros mythique de la japanimation. Et le spectateur ne s’en lasse pas. Pour ceux qui ont connu la série dans leur enfance, c’est un plaisir.

Retrouvez la bande annonce du film.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.